*ANGLAIS en bas de page

                                                                                                                   UN CŒUR TRANSPERCE


Peu après ma tentative de suicide, environ une semaine après l’expérience que j’avais vécue, je me rendis chez ma belle-sœur et, lorsqu’elle m’ouvrit la porte, je constatais que deux personnes, un homme et une femme, étaient autour de la table du salon et, visiblement, j’avais interrompu une discussion. Je proposais donc d’attendre dans la cuisine en dégustant en café. Pendant que ma belle-sœur s’en alla rejoindre le couple, je me demandais s’il s’agissait de représentants d’articles ménagers ou bien d’une collection de Larousse. Peut-être étaient-ce des Témoins de Jéhovah.

J’entendis, malgré-moi, la personne “barbue” parler du besoin de l'homme de partager ses soucis avec son Créateur et encore d’autres choses qu’il m’aurait plu d’approfondir. Pourtant, du fait que ces choses là étaient dites comme ça, à domicile, j'en arrivais, à cause de mes principes, à rejeter tout ce qui avait trait à quelque religion qui soit démarchée en porte à porte.

J’avais déjà vu à l’œuvre des Témoins de Jéhovah, et mormonds, tenaces et j’évitais de les provoquer, même si la curiosité était là.

Cet homme était souvent interrompu par la femme qui argumentait en faveur de ses propos, comme pour affirmer une complicité féminine et mettre ma belle-sœur à son aise. Lorsque, à la fin de la discussion, ils entreprirent de partir, le barbu remit à ma belle-sœur, sur le pas de la porte, un genre de prospectus et, se tournant vers moi dans la cuisine, vint me serrer la main pour me dire au revoir comme le fit aussi sa compagne.

Je n’ai jamais lu ce prospectus ni vu l’adresse à laquelle était liée l'invitation gratuite de ses gens. Une fois la porte refermée, ma belle-sœur respira un bon coup en me disant, d’un air soulagé : J’ai bien cru qu’ils ne me lâcheraient jamais… Heureusement qu’ils ont vu que tu attendais !

Quelques jours plus tard, précisément un dimanche matin, une  dispute s’engagea entre ma femme et moi, préférant m'éloigner et quitter la maison, je pris donc ma voiture et roulais sans but précis dans le centre ville d’Epinal, ressassant l’objet de nos disputes.

Je stationnais sur une place déserte et, laissant là la voiture, je marchais dans un quartier qui m'était complètement inconnu, bien que faisant partie du centre ville. Je regardais alentour s’il ne s’y trouvait pas un café-bar et, tout en marchant le long du trottoir, je passais alors devant une double-porte vitrée, granulée jaune, à travers laquelle je voyais de la lumière. Curieusement, ce qui me fit alors tourner la tête vers cette porte fut un chant bizarre, comme celui d’une école de chorale. Est-ce que quiconque entend un cantique a ce genre d'appréciation ? Je l'ignore, mais c'était la mienne ! J'interrogeais tout d’abord la petite plaque apposée au mur et il était écrit : "MISSION CHRETIENNE" Entrée libre et gratuite…

Comme il était précisément 12 h et 20 mn, je me demandais s’il ne s’agissait pas d’une répétition. Après déductions, considérant que l’Entrée était libre, que c’était ouvert et que l’expérience que je venais de vivre, après ma tentative de suicide, m’avait amené à Dieu de manière si miraculeuse, j'ai pensé : C’est peut-être Dieu qui m'a conduit aussi dans ce lieu.

Courageusement, je différais mon "rendez-vous" avec un bistrot pour faire un pas dans l’inconnu. D’abord ce fut le bout de mon nez qui, à travers la porte à peine entrouverte, scruta les environs. Ensuite, ma tête suivit et, d’un coup d’œil furtif et à mon grand étonnement, devant moi s'alignaient des rangées de chaises et des personnes étaient assises, la tête baissée, marmonnant des paroles dans une langue que je ne comprenais pas.

Personne ne me remarqua car ils me tournaient tous le dos et plusieurs semblaient comme en transe !!! Alors, discrètement, j’osais entrer et m'asseoir dans une chaise du dernier rang. Cela ne faisait pas dix secondes que je scrutais les lieux qu'un homme se leva et se retourna brusquement en m’interpellant ainsi : Ah ! C’est vous ! Approchez-vous, venez devant !

Je reconnu l’homme “barbu ! Je faisais signe que non avec le doigt, mais il insista j'étais intimidé devant tous ces gens qui me scrutaient à présent. Alors, m’entourant de son bras, il me conduisit au premier rang. Je reconnus la femme qui l’accompagnait, sa compagne en fait. Je me retrouvais donc pris au piège dans cette souricière et je sentais les regards inquisiteurs de cette assemblée qui allait sûrement me dévorer tout cru dès que la réunion serait terminée !

j'appris que cet homme était le pasteur Jean-loup SALZMANN, il me demanda mon nom, confirma m’avoir croisé dans l’appartement de ma belle-sœur et me remercia d’avoir accepté l’invitation qu'il nous avait faite mais m’avoua être surpris que je sois venu assister à une réunion de jeûne et prière plutôt qu’à la réunion d’évangélisation qui avait lieu à 15h.

Je n’osai pas ouvrir la bouche devant ce public inconnu et je laissai croire que mon empressement à les voir m’avait fait venir en avance.

J'ai commencé à vivre une dimension nouvelle dès l’instant où il s’éleva derrière moi des prières. Ces prières étaient tellement belles et tellement nouvelles pour moi, cette spontanéité à formuler devant Dieu des demandes et à exposer les sentiments des cœurs, cette liberté de parler sous forme de chant et ces "parlers en langues" que j’assimilais à des langues orientales ou asiatiques mais incompréhensibles et quelque peu barbares, oui ! Tout cela créait une dimension nouvelle.

Un flot de questions m’embarrassait, alors le Pasteur Jean-Loup SALZMANN alla derrière son pupitre !

Il proposa d’ouvrir la Bible et de s’y rejoindre sur un passage ! La Bible, m'étonnai-je ! J’aurais dû apporter la mienne… si j’avais su ! Une main venant de derrière moi me tendit une petite Bible à la page indiquée. Je remerciais la personne et mon regard se perdit au milieu de tous ces versets pendant que le Pasteur lisait.

Je constatai que l’Ancien Testament était toujours en vigueur et rattaché au Nouveau, et en plus, on avait ajouté pas mal de livres à mes quatre Evangiles ! Moi qui pensais qu’il n’y en avait que quatre ! A voir le contenu de cette Bible, je pensais que j’en aurai pour plus de trois jours à la lire, mais je comptais bien la comparer à la mienne et je me suis alors décidé à m'en procurer une dans l'endroit qui m'accueillait !

Mais pourquoi la libraire m’avait-elle proposé l’Ancien ou le Nouveau testament ?

Enfin, le pasteur commença une courte prédication. D’abord, je pensais à un coup monté. Mais par qui ? Je ne le savais pas, mais ça semblait bien monté car le Pasteur parlait de l’importance de notre vie devant Dieu et de notre valeur à ses yeux. Il disait aussi que certains détruisent leur vie par le pêché, l’alcool et d’autres choses et que d'autres, ignorant l’Amour de Dieu à leur égard, attentent à leur vie.

A la fin de la prédication, je ne pouvais plus m’empêcher de pleurer dans mes mains? Mon cœur était transpercé. J’ai alors senti une main sur mon épaule tandis que le Pasteur et toute l’assemblée priaient très fort pour moi. Plus ils priaient et plus je pleurais, (une prière liquide… peut-être… sans doute !).

Je suis resté à la seconde réunion où beaucoup de personnes sont venues me saluer. Je n’ai jamais ressenti autant de simplicité et d’amour qu’en ce lieu, entouré de personnes que je ne connaissais pas et qui pourtant ne me mettaient pas mal à l'aise. Cette sensation, je ne l'avais jamais ressentie auparavant.

A partir de ce jour à Epinal et durant cinq ans, je n’ai plus quitté cette assemblée et je n'ai plus touché, ni à une cigarette, ni à de l’alcool, ce, du jour au lendemain et absolument sans aucunes souffrances, celles qu'aurait pu provoquer le manque de ces drogues !

Je remercie au passage le concours et l’intervention de Jean-loup dans cette étape de ma vie qui a été un tremplin pour la suite.

Accueil Témoignages Apocalypse Les ministères Etudes Chants gratuits Bibles  Page Liens

BROKEN HEART

Some time after my attempt to commit suicide, exactly a week after the experience i went through, i pay visit to my sister in-law where i noticed when she opening the door that two people, a man and a woman were gather round the sitting room table and it seems obvious that i have interrupt their discussion. I  therefore propose to wait in the kitchen while taking some coffee. When my sister in-law were going to this couple i wander if these people are representant of household article or a collection of Larousse (encyclopaedia). They may be member of  Jehovah witnesses.

I heard, despite myself, the bearded man talk about the need of man to share all his problem with his creator and any others things that i would have been glad to have more details. However, i did not pay close attention to what was said for my principles are against any religious tought preach from house to house.

I have already seen some tenacious jehovah witness on duty, so i avoid to provok them even if there was any sign of curiosity.

The bearded man were often interrupt by the woman and she argued in favour to what the man said as to add a feminine touch in order to help my sister in law to be at ease. At the end of their discussion , they decide to leave and the man standing at the door step give a kind of prospectus to my sister in law, and come to the kitchen to shake my hand in sign of goodbye, the woman did it as well.

I have never read that prospectus neither seen the address attached to a free invitation. Once the door closed, my sister in  law breath in a good while and said with ease i think they will never leave me alone.................. fortunatly, they saw you waiting for me.

Some days later, precisely one Sunday morning, a violente discussion occured between my wife and I, some insults and some dishes broken on the floor! Having decide to abandon my home , I pick my car and drive without any precise aim through the city centre of Epinal while thinking about our quarel.

I parked the car at a deserted place, and left it to walk through an unknown area. I look round to see if there is any coffee bar. While walking along the road side, i pass by a double glass door, granulated yellow, through which i saw some light. what catch my attention and make me turn my head toward that door is a bizzare song like the one sing in a choir school. Do any one who hear a cantique mention this kind of appreciation? I do not no, but that is my opinion! I firstly look on the small board fixed on the wall for explanation, and it was written “ christian mission” entry free.

As it was precisely 12h20, I wander if that is not a rehearsal. After deduction, considering the entry was free and open.  Beside, the experience I just went through, after attempting to commit suicide led me to God in such a miraculous way ; I think and said may be it is God who send me to this place.

Courageously, I postponed my appointment with a bar and move in the dark. At first, I pointed my nose through the lightly open door to survey the environment. Then , my head followed and with a glance , I amazingly saw a row of chair on which were siting some people with head lowered mumbling some words in a language unknown to me.

None of them notice my presence for all their backs were turn toward me and many of them seems to be in trance!!! Then I enter discretly and sat on a chair arrange in the last row. That has not take me 10 second to scrutinise the place that a man stood up, turned suddenly toward me by calling me this way: ah! It is you! Come near to me.

It was the bearded man!!! I made a sign with my finger to say no but he insited till he humuliated me in front of these people who were now gazing at me. Then, surrounding me with his hands , he lead me to the first row. I recognised the woman who followed him, his companion I mean. I found myself caught in a mousetrap and I felt the inquisitorial looks of these assembly who will surely devore me as soon as the meeting is over.

The paster ask my name , confirm the fact of seing me in my sister in-law house and thanks me of responding to their invitation but declare to be suprise to see me at the fasting and prayer meeting instead of evangelism meeting which took place at 15h pm.

I did not dare open my mouth before this unknown public, so I let them believed that my eagerness to see them made me come so early.

I started feeling a new air as soon as some prayers arise behind me. These prayers were awsome and so new to me, this spontaneity of formulating demand before God, exposing feeling, this freedom of talking in the form of song and these “ spoken in tongue” that I assimilate to oriental and asiatic language but not understandable and somehow babarous, yes all this created a new air.

Many questions embarrasing me when the bearded man stood before the desk: pastor Jean Loup SALZMAN.

He ask us to open the bible on a quoted passage! The bible? I wandered! I should have bringing mine...........            if I had known! A hand behind me held a small bible out to me at the stated page. I thank the person and  got lost in the midst of these verses while the pastor was reading.

I noticed that the old testament is still in vogue and link to the new , in addition they added many books to my four evangiles! I, who thought there was only four books! Looking at the content of that bible, I thought it will take me only three days to be able to finish reading, and  I finaly resoluted myself to compare it to my own then I decide to have one bible from that place.

But why the library proposed me old or new testament?

Finaly, the pastor started a short preaching. Firstly, I thought of a put up job. But who is responsible for? I do not know, but that tput up job had been well prepared, for the pastor was talking about the importance of our life before God and the value we mean to him. He also said, some destroyed their life with sins, alcool and some other things and also those who do not know the love of God for them attempt to put an end to their life.

At the end of the preaching, I could not stop crying in my hands. My heart got broken. I felt an hand on my shoulder while the pastor was praying and everybody pray louder for me. The more they prayed more I cried ( a liquide prayer............may be...............no doubt)

I remained for the second meeting where many people came and greeted me. I had never felt such simplicity and love anywhere than in that place , surround by people unknown to me though they make me feel at ease. I had never had that feeling before.

Up to that day at Epinal and since five years now, I had not left this assembly neither touch cigarette, alcool. I did it overnight without any pain.


Remerciements à Anne-cécile Do pour sa traduction.