Accueil Témoignages Apocalypse Les ministères Etudes Chants gratuits Bibles  Page Liens



Matthieu - Voit Christ comme notre Roi- Marc comme le Serviteur de Dieu Luc comme le Fils de l'Homme Jean comme le Fils de Dieu Actes - Voit Christ dans le Corps Ce sont les actes de notre Seigneur ressuscité à travers Son corps sur la terre, et ce corps est l'Eglise. C'est toujours le Seigneur Lui-même qui parle et qui travaille, les actes n'ont pas de fin et continuent de s'écrire !

A l'instar de Dieu qui créa la femme ! Le Saint-Esprit a pris le sang et l'eau de Christ et a bâtit un corps, une femme, qui est l'Eglise de Dieu. Lorsque le Seigneur voit Son Eglise, Il dit: « C'est Moi. » Donc l'église est une personne !

Dieu a préparé un corps à Jésus , et c'est dans ce corps, qu'Il a fait la volonté de Dieu jusqu'à la mort de la croix. Depuis le jour où Il est ressuscité, jusqu'à nos jours, et jusqu'au jour de Son retour, Il continue d'agir et d'enseigner de la même manière sur cette terre. C'est à travers ce corps "corporatif" qu'Il est révélé, qu'Il est manifesté, qu'Il est connu. L'Eglise doit révéler Christ. L'Eglise devrait être Sa révélation. Elle ne doit pas parler d'elle-même. L'Eglise ne devrait pas attirer les gens à elle-même. L'Eglise doit élever Christ et dire au monde ce qu'Il dit et lui montrer ce qu'Il fait.

La foi reçoit une Personne ! et l'objet de la foi est toujours Christ, Celui qui donne les promesses, les commandements, la parole. Il ne s'agit pas de la parole de Dieu, mais du Dieu dont c'est la parole. pas de la volonté de Dieu, mais du Dieu dont c'est la volonté. du Seigneur Lui-même.  C'est Lui qui parle et qui promet. La foi agira, car c'est dans sa nature d'agir. Par conséquent si nous regardons à Christ dans la foi, il y aura des résultats dans notre vie. La foi n'est pas passive, la foi n'est pas oisive, la foi n'est pas inactive, la foi n'est pas indifférente, elle agit dans l'amour (la charité le don de soi en grec) pour Dieu et pour les autres hommes.  Donc la Foi est une personne !

« Vous connaîtrez la vérité, et La vérité vous affranchira » dit le Seigneur (Jean 8:32).

La Parole de Dieu déclare que la vérité nous affranchira; mais bien souvent la vérité est une simple doctrine pour nous. Nos yeux n'ont pas été ouverts pour voir Christ. Nous avons pu parler de la doctrine pendant des années, cependant nous n'avons pas encore « vu. » Nous l'avons peut-être entendue tout aussi longtemps sans pour autant avoir encore vu. Nous pouvons enseigner notre identification avec Christ dans sa mort, sans connaître le pouvoir de cette mort. Nous pouvons aussi nous entretenir de la vie de résurrection sans cependant en expérimenter sa puissance. Si nous ne parlons que de la doctrine, nous manipulons quelque chose de mort. La Vérité La Parole de Dieu est la Vérité et la Vérité c'est Jésus. la vérité est relationnelle elle se vit en communion avec Christ en nous. nous demeurons dans la Vérité et elle en nous.  Donc la Vérité est une personne


LA SANCTIFICATION Certains disent qu'il s'agit du chapitre sur la "vie victorieuse" sur la "vie abondante" sur la "vie crucifiée", sur la "vie remplie de l'esprit", sur la "vie de soumission" d'où toutes ces questions ! (comment être délivré de la puissance et de l'esclavage du péché? - est-ce que je suis toujours sauvé? - Comment expérimenter une vie de victoire?)

Rom 6 à 8 - sur la sanctification (nous parle de la sainteté et d'une vie sans péché) rom 6:2: « Nous qui sommes morts au péché. » 6:3: « Baptisés en Jésus-Christ. » 6:4: « Nous marchions en nouveauté de vie. » 6:6: « Notre vieil homme a été crucifié avec lui. » « Le corps du péché fût détruit. » 6:7: « Celui qui est mort est libre du péché. » 6:8: « Nous sommes morts avec Christ. » 6:11: « Considérez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ. »

Et 1 Corinthiens 1:30 dit: « Or, c'est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption. »

Quand Dieu nous appelle à la sainteté, il nous appelle à Lui et à Sa Vie.  Dieu nous appelle à Lui afin de nous rendre saints par la possession de Sa Personne divine. » Donc La sanctification est une Personne.

La connaissance du Seigneur dans son intimité a pour résultat la sanctification qui est l'effet, la preuve, le résultat.  La sainteté en est la conséquence !

Des milliers de chrétiens considèrent la sainteté comme si c'était une condition de notre union avec Dieu. Alors que c'est la preuve de notre union avec Dieu

La victoire n'est pas une chose. Dieu ne nous donne pas la victoire. nous essayons d'être victorieux par nos oeuvres ou la loi, de prier , la soumission , ou nous étudions la Bible..,

Chaque fois que vous priez pour la victoire, et que vous priez pour la délivrance, vous perdez votre temps car  Dieu n'a jamais prévu que les chrétiens aient la victoire et Dieu ne l'a jamais promis.

Nous ne voyons nulle part dans la Bible que le chrétien est mort aux péchés, et que le chrétien est vivant pour Dieu !

On avance  "qu'il est écrit que je suis mort au péché et vivant pour Dieu! " mais ce n'est pas écrit dans ce contexte,

Romains 6:10-11). « Considérez-vous vous-mêmes... en Christ Jésus, comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu. »

Ce « en Christ Jésus » est très important.

Jésus a la victoire. Jésus est mort aux péchés. Jésus est vivant pour Dieu. Jésus est monté dans les lieux célestes. Vous êtes en Christ, mais c'est Lui qui a la victoire. Il est complètement victorieux.

Nous ne voyons nulle part dans la Bible, ce verset: « Prenez courage, vous avez vaincu le monde. » Que dit ce verset?

Il dit: « Prenez courage, j'ai vaincu le monde » ( Jean 16:33; 1 Jean 4:4) La Bible ne dit pas: « Je vous conduis dans votre triomphe. » Elle dit: « Il nous conduit toujours dans Son triomphe. » ( 2 Corinthiens 2:14) Ce n'est pas notre triomphe, c'est le Sien.

Dieu ne nous donne pas le repos, nous entrons dans Son repos (cf. Hébreux 4:3). C'est Lui qui a le repos. Comme nous sommes en Lui, nous partageons avec Lui Tout ce qu'il a, nous avons même Son élection.

Et tout ce que Dieu nous donnera en avançant dans le Seigneur, ce sont des yeux pour voir que nous sommes en Christ ( Ephésiens 1:16-18).

Dieu ne nous donnera pas la victoire, Il a donné la victoire à Christ, et Il souhaite que nous nous voyions nous-mêmes en Christ.

Donc La victoire est une personne !


La relation entre le mot VIE, la Vie éternelle et le mot Jésus.

1 Jean 5:11-12 dit: « Et voici ce témoignage, c'est que Dieu nous a donné la vie éternelle, et que cette vie est dans son Fils.

Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie. »

En d’autres termes, vous ne pouvez pas séparer la vie éternelle de Jésus, c’est en Lui.

Si vous l’avez Lui, vous avez la Vie, si vous ne l’avez pas Lui, vous n’avez pas la Vie.

La vie éternelle est en Christ et c’est plus qu’une durée éternelle.

Lorsque l’apôtre Jean appelle Jésus la parole de Vie, la vie manifestée, la vie éternelle, il est en train de parler d’une personne.

Il s’agit d’une qualité de vie, plutôt qu’une quantité de vie.

1 Jean 1:1-3 dit: « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, - car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée. »


IL A TOUT DONNE A SON FILS ET IL VOUS DONNE SON FILS et plus les chrétiens commencent à nouveau à regarder à Christ avec une simple foi, plus ils pourront entrer dans le message de Galates:

« C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. »

Dieu a prévu que nous soyons libres, libres de Le connaître, libres de jouir de Lui, et libres de laisser l'Esprit de Dieu nous conformer à l'image du Seigneur Jésus Christ.

Christ EN NOUS vient de façon complète, mais Il vient comme un bébé dans son état prénatal et Il doit être formé dans notre âme comme un bébé est formé dans le ventre de sa mère, Christ doit être formé en nous par le Saint-Esprit et par une révélation progressive de Lui à travers les révélations contenues dans la Bible. Les chrétiens essaient de vivre une vie chrétienne avant que Christ ne soit formé en eux et cela devient un esclavage, car nous devons d'abord avoir la révélation de Lui en tant que Pain, Vin, Epoux, Fin de la loi, Berger, Grand Prêtre, Bouclier... Il doit être révélé en nous tel qu'Il est révélé dans la Bible. Ensuite Il peut grandir en nous. C'est à cela que Paul fait référence ici dans gal 4-19 . Jusqu'à ce que Christ soit formé en nous de toutes ces façons, sous toutes ces formes, nous serons retardés dans notre vie chrétienne et nous risquons de devenir légalistes.

PORTER DU FRUIT la vie de Dieu dans le chrétien apporte une grande liberté à l'enfant de Dieu, parce qu'il est maintenant capable d'accomplir tout ce que Dieu lui demande par le miracle de la promesse et de la toute puissance de Dieu. Chaque fois que je regarde réellement à Christ, ma vie produira du fruit, cela fonctionnera. dans les versets Gal 5:22-23, le fruit de l'Esprit est l'amour, la ressemblance à Dieu. C'est un fruit, vous n'avez donc pas besoin de lutter pour le produire, vous n'avez pas à y travailler, cela arrive lorsque vous regardez à Christ par la foi. Phil.2-13 "car c'est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir."

le fruit fondamentalement c'est la manifestation de Christ, c’est l'image de Christ en nous et la manifestation de Christ à travers nous.

C'est bien là que réside le mystère des vierges sages et des vierges folles "chrétiens hors Christ" et sans la foi (qui ne s’achète pas).

Marie est la première image de l'Eglise. Le privilège de Marie a été de donner Christ au monde. C'est le Saint-Esprit qui a formé Christ en elle, et lorsque le temps est venu, elle a donné Christ au monde.

Vous êtes l'Eglise et c'est votre privilège de donner Christ au monde. Le Saint-Esprit va former Christ en vous et au temps favorable vous pourrez donner Christ au monde.

Paul s'adressant aux Romains à propos de la loi, à l'instar de notre conscience et même si notre conduite semblait s'aligner parfaitement à la loi, Dieu nous révèle la loi dans toute sa rigueur spirituelle !

Non seulement la loi m'a montré que j'étais pécheur mais en plus une fois que j'ai vu cela, la loi m'a conduit au désespoir.

La loi a fait de moi un hypocrite. La loi m'a rendu malade, elle m'a tourmenté à cause d'une excellence que je ne pouvais pas atteindre. La loi s'est moquée de moi, elle s'est ri de moi, elle m'a fait réagir et résister. J'ai davantage péché une fois la loi venue qu'avant, parce qu'avant je faisais simplement ce qui me plaisais mais après que Dieu m'ait montré mon péché, j'ai davantage péché en essayant de ne pas pécher.

Plus Dieu me montrait cela, plus je luttais, et plus je luttais plus je chutais, et plus je chutais plus j'étais frustré, et plus j'étais frustré plus j'étais rebelle.

Le problème n'est pas la loi mais la place qu'elle prend dans la vie des hommes pour régler la relation entre l'homme et Dieu

Le religieux, le légaliste voudrait la respecter à la lettre pour éviter la rupture.


Au début Dieu était directement lié à l'homme en communion par son Esprit,

puis à cause du péché Dieu a établi « un intermédiaire » la LOI entre LUI et l'homme …


Ensuite Jésus et venu, non pas interpréter la loi, mais la régler et l’accomplir !


Il démontre que la loi est utile dans les relations humaines entre l'homme et l'homme…


Elle règle nos comportements et notre témoignage en société …


Mais désormais (pour le Chrétien) l'intermédiaire entre l'homme et Dieu c'est Jésus


on ne peut pas remplacer Jésus par les règles ou le légalisme !


L'obéissance à sa parole doit venir naturellement, de la relation entre nous et Jésus

sinon cela reste une loi entre nous et Dieu ...


On ne devrait pas s'imposer l'obéissance à sa parole

on y adhère par le cœur, naturellement, si Jésus est l'intermédiaire entre nous et Dieu !


Vous ne mourez pas à vous-mêmes pour vivre pour Dieu, vous vivez par Dieu pour mourir à vous-mêmes.


Dieu ne nous donne pas la victoire sur la chair mais nous délivre de la bataille contre la chair !

Rom.8 « et de nous revêtir de notre substitut »

Jésus mort à la loi pour nous, nous sommes morts en Lui, et nous sommes en Lui ...

Nous marchons dans un esprit nouveau, et non plus selon la lettre de la loi qui a vieilli.

La lettre" est liée aux "formes" extérieures de notre vie dont l'image est la chair pour vivre de

l'autre côté de la mort et par cette union à Christ nous pouvons déclarer être Saint,

porter du fruit parce que TOUT ce qui est en Lui est aussi en nous.

Il n'y a donc plus de condamnation pour nous qui sommes morts avec Christ à la loi,

de même que tout ce que nous avons à faire et d'échouer à faire le bien ou essayer de nous changer !

Christ est allé à la croix pour cela, il s'occupe de notre sanctification de notre conformité à son oeuvre.

C'est dans ce processus que nous sommes changés progressivement et que nous grandissons vers

sa stature parfaite.

Que Christ soit mort pour nos péchés, une fois pour toutes, nous rappelle que nous sommes tous dans la même situation de responsabilité.

C’est à nous de reconnaître que la croix est au centre de tout et que notre louange tout au long de notre vie est en réponse à l'œuvre de la croix.

L’autre aspect de notre louange est de reconnaître ce grand mystère que nous avons été individuellement crucifié avec Christ le même jour sur la même Croix !

Dieu, dans sa parole, ne nous l’a pas caché et ne nous laisse aucun doute sur ce sujet ;

Dans Sa mort, nous sommes tous morts. Aucun de nous ne peut progresser spirituellement sans avoir vu cela.


-Gal.2-20 « J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi. »


« C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. » Dieu a prévu que nous soyons libres, de Le connaître, libres de jouir de Lui, et de laisser l'Esprit de Dieu nous conformer à l'image du Seigneur Jésus Christ »

 

Il y a une vie après la mort et ce n'est que lorsque nous avons saisi  cela, que nous sommes morts à la croix assimilé à Jésus que le Saint-esprit peut alors commencer une oeuvre profonde en nous.

Nous devenons participants et non spectateurs !       

Conscient du "Corps de Christ" (des membres de l’église) ne cherchant pas à dominer sur l'autre (en qui Christ Lui-même vit)



La Cène ne se prenait pas au temple (où les croyants se réunissaient pour prier, ni dans les synagogues où Paul préchait) mais dans les maisons dans le cadre d'une agape. D'ailleurs il n'y avait pas de bâtiments appartenant aux croyants pour qu'ils s'y rassemblent. Il n'y avait pas un pasteur président d'une communauté. Il n'y avait que des collèges d'anciens pour diriger les communautés. Il n'y avait pas un clergé et des laïques, il n'y avait qu'un peuple de sacrificateurs... Les apôtres ne célébraient pas de mariage ni dans le temple, ni dans les synagogues ni dans les maisons, le mariage était une alliance entre deux époux et deux familles...


La louange, ce n’est pas chanter, ce n’est pas faire de la musique. Bien que cela soit clairement expliqué dans les Écritures, de nombreuses églises aujourd’hui tombent dans cette erreur et beaucoup de chrétiens aujourd’hui se trompent en amenant la louange à devenir une forme d'œuvres personnelles. Ils l’utilisent, d'une certaine manière, pour obtenir une forme de récompense de la part de Dieu.

" La louange est basé sur ce que Dieu a fait, pas sur ce que nous faisons. La louange n’a absolument rien à voir avec ce que nous avons fait et tout à voir avec que Dieu a fait. Cependant, nous vivons des vies de louange qui sont une réponse. La louange n’est pas un art ou une œuvre dans le Nouveau Testament. Une partie de notre problème vient que nous supposons que les modèles de louange de l’Ancien Testament, tiennent encore à coté de la croix, ce qui est la plus absurde théologie "

La louange est une identification avec la renaissance et le fait de réaliser que notre force ne vient pas de ce que nous avons fait, mais seulement de ce que Dieu a fait pour nous,et alors nous vivons nos vies en réponse à cela .

L’adoration est intimement liée à la table de communion de la Sainte Cène avec le pain que nous brisons, et le vin que nous versons, et la réponse de Dieu à cet acte de foi.

Dans ce sens alors, même vivre nos vies en réponse à ce que Jésus a fait devient une réponse.

Cette expérience est symptomatique du christianisme d'aujourd’hui, spécialement dans nos cultes :

A tort nous essayons presque de créer une expérience du temple, où nous utilisons la théologie de l’Ancien Testament et les aspirations de l’Ancien Testament, pour quelque chose qui s’est déjà produit. Nous essayons de créer un climat d’attente : Dieu va tomber, s’élever, bouger, se présenter lui-même, se tourner …

De même, les leaders de louanges rencontrent avant le culte pour demander à Dieu de mettre son onction sur la musique : erreur !

Ou bien pour demander à Dieu d’être lui même présent, alors que Dieu est déjà présent, il n’est pas parti ailleurs !

Nous demandons à Dieu de nous bénir : il nous a déjà bénis à la croix! Nous ne pouvons pas recevoir une plus grande bénédiction que celle-là. (avec toutes les bénédictions dans les lieux célestes, que pourrions-nous demander de plus ?

Nous lui demandons de faire un grand nombre de choses. Au cœur de cela, il y a notre aspiration à ce que Dieu fasse quelque chose de plus à travers nous.

Ce qui m’inquiète est que nous ne sommes pas faits à l’idée de ce que Dieu a fait pour nous. Quand nous n’avons pas compris ce que Dieu a fait, nous restons dans un climat d’espoir non réalisé, au lieu d’actions de grâce absolues, parce que nos attentes ont été dépassées, à un point tel que la croix humilie nos prières et humilie nos attentes ».

Ce climat d’espoir non réalisé amène les gens à placer leur confiance dans de mauvaises voies.

« Nous supplions Dieu et nous avons le sentiment que c’est juste, car, quand il nous répond, c’est comme si c'était nous qui avions fait ce qu'il fallait. Oh ! Quel sentiment de joie ! ».

Mais ce « sentiment de joie », même si nous y parvenons, est temporaire et construit sur des bases fausses. Cela conduit les gens à courir de cultes en cultes, de bénédictions en bénédictions, de mouvement en mouvement, dans une tentative désespérée de maintenir ce qu’ils perçoivent être une croissance spirituelle et une confirmation, ainsi qu’une relation plus forte avec Dieu.

Pourtant notre confiance n'a besoin d’être QUE dans ce que Jésus a fait à la croix."

Essayant de me convaincre moi-même que j'étais en train de tout faire, je suppliais pour obtenir la présence de Dieu (ce qui est une forte idée charismatique), suppliant pour cette présence de Dieu comme si nous ne l’avions pas déjà, ou pour la faveur de Dieu comme si nous ne l’avions pas encore.

Nous supplions pour tout car il est facile de supplier et ainsi, ensuite, nous avons le sentiment d'avoir mérité la réponse …

Par exemple, tout le monde veut lever ses mains et chanter quelque chose et ensuite, quand ils entendent Dieu répondre à leur chant, ils attribuent cette réponse de Dieu à ce qu’ils ont fait. Ils ne veulent pas réaliser que la réponse de Dieu est permanente, que vous leviez ou non les mains et que vous chantiez ou non.

Le danger dans tout cela, c'est, bien sûr, que vous vous mettiez à penser que si vous chantez plus et que vous n'élevez plus vos mains, Dieu ne vous répondra plus. Ou encore, malgré vos chants et vos supplications, Dieu choisit de garder le silence. Alors vous vous sentez coupable et vous avez le cœur brisé ».

Tout ce qui définit l’humanité est une croix tâché de sang et un tombeau vide. Quand nous en venons à en être conscients, cela exige que nous reconnaissions nos péchés. Nous réalisons qu’il est de notre responsabilité, dans la mesure du possible, de modeler la croix dans chaque relation…

Cela devrait nous pousser à ne pas attendre de quelqu’un d’autre qu'il fasse une œuvre expiatrice envers nous. Nous devons entrer dans le pardon, nous devons entrer dans la grâce, nous devons entrer dans la clémence et notre modèle c’est l’innocence absolue de Jésus sur la croix, suppliant pour notre pardon pendant que nous refusons de le descendre et de le guérir. Ces paroles signifient fondamentalement que je suis responsable. Je suis responsable de la mort de Christ. Je dois devenir réceptif à ce qui s'est produit à ce moment du monde. Je dois prendre ma part de responsabilité ».


Cette méditation est accompagnée de portions de diverses réflexions d’auteurs différents dont Geof, Ed Miller, et de quelques commentaires relevés sur le net. Ces copier-coller partiels pour lesquels j’adhère complètement m’aident à structurer une méditation sur ce qui me paraît être le comportement spirituel idéal.

GP